Le burn-out, ce truc bien casse-burnes

Ça fait quasiment dix mois que ça dure. Dix mois que c’est dur. Officiellement, seulement quatre. Mais ceux qui l’entoure ne le savent pas forcément, que ça dure depuis plus longtemps.

Aujourd’hui, je suis celle qui doit être patiente. Qui doit comprendre. Qui doit faire des efforts. Et me taire.

Je dois aussi encaisser. Sans rien dire. Subir la mauvaise humeur, voire l’agressivité, et puis l’impatience et cet entêtement… Cet entêtement ! Ne pas prendre d’antidépresseurs, ne pas aller voir un psy (ou hypnothérapeute, ou magnétiseur, ou kinésiologue, peu importe !), se voiler la face, être persuadé qu’on fait tout ce qu’il faut pour s’en sortir, mais juste se laisser chuter dans un puits sans fond.

J’ai fait une grave dépression il y a quelques années. Le seul truc qui m’empêchait de sauter par la fenêtre, c’était de penser à mon fils. J’ai été sous antidépresseurs, et je m’en suis tirée pour 2 ans et demi sur le divan d’un psy. Je me suis filé des coups de pied au cul, j’ai vraiment cherché à m’en sortir. Pour mon fils, certes, mais quand même. J’étais seule dans cette galère. Ma famille n’a admis que beaucoup plus tard le terme « dépression ». Mes amis de l’époque ont disparu. Mes nouveaux amis sont arrivés après. J’étais seule.

Lui, bénéficie de cette énorme chance de ne pas être seul. Sa famille le soutient. Ma famille le soutient. Ses amis sont présents (loin, mais présents). Je suis là, je le porte, le pousse, le protège.

Aujourd’hui, ma mère, qui pourtant l’adore, me soutient. M’entend. M’écoute. On a eu une conversation très importante pour moi il y a quelques jours… Elle m’a dit des mots que j’espérais entendre depuis si longtemps. Qui m’ont fait du bien.

« Pose un ultimatum. Il se soigne, ou il part. Mais il ne t’entraîne pas dans sa chute. »

Je ne sais toujours pas ce que je vais faire. Mais je sais que je ne tiendrai plus très longtemps… Mon corps se met à réagir. Douleurs articulaires, musculaires, osseuses, boutons, brûlures d’estomac, étourdissements, insomnies… Mais… Mais… Ne seraient-ce pas des signes de…? Non, je n’ose y croire. Allez, on garde la pêche !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s