Mon mec à moi…

Il m’arrive parfois de regretter ma vie de célibataire. En fait, ça m’arrive de plus en plus souvent.

Quand je vivais seule avec Ginette, –c’est mon môme– je pouvais bosser la nuit si je voulais, jusqu’à trois heures du mat’ sans problème ! Il fallait juste que j’arrive à me lever à sept heures pour le préparer et l’emmener à l’école, je me tapais une sieste de 14 à 15 et hop ! C’était good, ça roulait ! Je pouvais inviter des copines à picoler –avec modération ! Sauf quand Ginette était chez son père… Là, c’était une autre histoire…– , ou mon pote masseur à une séance qui dérapait, je pouvais disparaître trois jours sans rendre de compte à personne, regarder les pires conneries à la télé, sauter autant de repas que je voulais, et me venger sur une tablette de chocolat le lendemain ! Gérard dormait avec moi, et ça ne posait aucun soucis à personne !

Maintenant, on va se coucher en même temps. On a chacun notre côté du lit. On choisit les films qu’on regarde ensemble, il faut parfois faire des concessions. On passe une heure au téléphone à rien se dire quand je pars plus de 24 heures de la maison. Les vacances, c’est dans sa famille qui habite loin, il faut voir touuuuuut le monde en sept jours top chrono, tu lézarderas tranquille une autre fois. Il faut tout le temps parler ou expliquer pourquoi on ne veut pas parler. –Ben oui, c’est qu’il y a forcément un truc qui ne va pas !– Les copines, je ne les vois quasiment plus : il faut sortir dans les bars maintenant, et ça coûte cher à force. Et puis, dans les bars, on fait des rencontres, on joue, et il faut faire gaffe à ne pas déraper. Bref, t’es pas tranquille.

Je fais partie de ces gens incapables d’être en couple. Mon mec ? Il est cool. Drôle. Sympa. Un peu gnian-gnian et susceptible, personne n’est parfait. On s’entend bien, on a plein de points communs, Ginette l’adore. Et pourtant… Je ne supporte pas qu’il soit là tout le temps. Qu’il sache tout de ma vie. Il a un côté protecteur qui tourne au paternalisme parfois. Je suis super indépendante –c’est comme indépendante, mais avec une cape. Oui, je sais, c’est une blague réchauffée.- et avoir quelqu’un sur mon dos en permanence, ça me fait fuir.

J’ai envie d’aller voir ailleurs. Ça y est. La bombe est lâchée. Je n’ai plus aucune vie sexuelle avec lui depuis des lustres, et très honnêtement, je m’en cogne. Je n’en ressens pas l’envie. Par contre, j’ai envie de m’éclater. Sentir que je plais. Juste pour un soir, pour quelques jours si c’est fun… En fait, c’est ça. Il ne me faut pas un mec. Mais un PQR. Un pote sympa, drôle, beau comme un dieu, mais qui ne s’attache pas. Qui ne s’immisce pas dans ma vie et qui sache vivre la sienne sans moi.

Du coup, je suis paumée. Que les choses soient bien claires… Je n’ai aucunement l’intention de le tromper. Mais de son côté, mon mec a déjà ses plans dans la tête : achat d’une maison, mariage, enfant(s)… Je n’ai pas plus envie que ça d’être propriétaire, je ne suis pas pour le mariage, et je ne veux pas de second enfant. Alors je fais quoi moi, hein ?!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s